Works 4 Gods


Here Comes a New Worker !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Chatbox
Les Roukami sont disponibles dans la Boutique, des petits Familier qui augmentent vos Statistiques !
Plus vous inviterez de gens, plus vous recevrez des bonus ! Dont les fameux Roukami !
N'oubliez pas de voter toutes les 2 heures, merci <3
#Le Divinisme Maximun atteignable est de 30, prochaine grosse MAJ dans 10 Membres Validés

Partagez | .
 

 Venez jouer avec moi ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Venez jouer avec moi ~   Dim 11 Mai - 1:47

avatar
Date d'inscription : 14/03/2014
Messages : 3
Masculin Age : 18
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas...
Occupations : Reviens plus tard...
Citation : La dépression est une quintessence de la solitude dans ce qu'elle peut avoir de plus cruel.

Dossier Post-Mortem - DPM
Divinisme: 4
Espérance de Vie:
250/250  (250/250)
Réserve d\'Ether:
250/250  (250/250)
Saiki Musashi
SLK Depressor

Musashi Saiki

"Laisse-moi tranquille."


Age : 19 ans ;
Date de Mort :  24 juin 2034;
Signe Astro : Cancer ;
Signe Chinois : Chèvre;
Sexe :  NEUTRE. ;
1ère réincarnation : Naturaly ;
Bénédiction : Amaterasu ;

Physique

« Atcha ! »

Du liquide muqueux vint se loger droit dans un tapis rouge. Ce petit trajet fut suivi d'un bruyant reniflement. Une seconde après, la petite tâche fut écrasée par une chaussure noire et cirée. Elle frotta légèrement le sol, puis sa jambe se releva pour se reposer sur l'accoudoir de la chaise où elle se trouvait quelques secondes plus tôt. Enfin, chaise... Il s'agissait plutôt d'un grand trône royal rouge et or, valant sûrement quelques millions d'euros ou de dollars, comme vous préférez. Il s'y trouvait un jeune homme, semblant somnoler, ou s'ennuyer. Il renifla une nouvelle fois, puis se rassit mieux sur son trône, les pieds par terre et bien droits, mais sa tête soutenue par son poing, le bras toujours accoudé. Ses yeux jaunes mi-clos montraient clairement un ennui total de sa part. Son grain de beauté juste au-dessous, étrangement jaune aussi émit alors un petit éclair, comme si lui-même était irrité. L'étrange garçon soupira, puis se releva, et on put alors l'observer totalement.

Tout d'abord, il était assez grand : il devait faire dans le mètre 80, aisément. Il ne semblait pas spécialement travailler son corps, mais n'était pas pour autant maigre, juste un peu svelte. Ses cheveux totalement noirs tombaient en avant, mais surtout en arrière : ils étaient mi-longs, et étaient attachés en petite queue-de-cheval tombante. Ses yeux, comme dit précédemment, sont d'un jaune vif, comme de l'électricité, et sous ces derniers, était logé un « grain de beauté » inhabituellement gros : il devait faire la taille d'une petite bague, et était tout plat. Mais surtout, il était jaune, et semblait avoir la capacité de crépiter d'électricité. Le jeune homme était tout vêtu de noir pour finir : il portait un sweat à capuche et un simple pantalon.

« Tu veux sortir ? Je m'ennuie... »

Il prit alors une grande inspiration, et se prit d'un coup la tête dans les mains en tremblant, mais sans un son. Alors miraculeusement, ses cheveux se teintèrent d'un blanc immaculé. Il semblait en proie à une grande souffrance, puis soudainement, s'arrêta, à genoux. Doucement, il se releva, avec une respiration un peu bruyante. Excepté ses cheveux, rien ne semblait avoir changé. Mais il avait désormais l'air plus... Dépressif.

« … Merci de ce cadeau, les Dieux. Vous auriez pu laisser mon esprit reposer en paix, mais non... Il a fallu que vous fassiez de moi un  dérangé mentalement. »

Mental

Le garçon sortit lentement de la grande, mais vide salle du trône, ornée de colonnes grecques à l'ancienne. Elles en donnent presque le vertige. Il referma les grandes portes derrière lui, et soupira une énième fois en s'appuyant contre ces dernières. Pour sûr, quelque chose n'allait pas chez lui. Il semblait en proie à une très grande dépression. A n'en pas douter, même. A le voir, on imagine difficilement qu'il puisse un jour arborer un sourire sincère. Non pas que ce soit vrai... Mais il en faudrait beaucoup.

Car Saiki n'est clairement pas comme les autres. Certes, chaque être est unique, mais lui est encore plus différent qu'un simple marginal. En effet, s'il lui arrive si rarement de sourire, c'est que très peu de choses lui font plaisir, et moins de choses encore peuvent lui faire montrer le moindre sentiment. Ce n'est pas un garçon qui ait la joie de « vivre » si l'on peut s'exprimer ainsi, loin de là. En réalité, il abhorre plutôt le fait même d'exister. Et malgré cela, il faudra croire qu'il apprécie énormément la pizza, au point d'en commander six par semaine, lire, écrire, et jouer. C'est globalement tout ce dont vous pouvez être certain d'attiser la curiosité du jeune homme avec.

Il ne faut pourtant pas croire que le jeune homme ne ressente rien. Au contraire, il ressent beaucoup plus qu'il n'en montre. Seulement, il sait faire preuve d'un exceptionnel self-control. Il n'aime pas trop se dévoiler, mais n'est pas pour autant asocial et peut se faire assez facilement des amis, ayant une certaine connaissance de « l'opération des sentiments », comme il se plaît à l'appeler. Pour lui surtout, les sentiments ne sont certes pas une chose à prendre à la légère, mais il pense qu'ils sont contrôlables, malléables, manipulables, mais avec précaution. Il ne s'en servira donc pas pour briser les cœurs, ou faire du mal au gens : il croit en l'échange équivalent des sentiments. Aussi, il sera, et fera ce qui pense être le plus juste pour lui, mais aussi pour les autres.

Pour faire simple, c'est un jeune homme pourtant bien mature qui nous est dépeint, regardant le monde d'un œil froid, ce qui lui permet d'avoir une vue d'ensemble. Et pourtant... Cela ne dénote pas forcément un esprit parfaitement sain. Vous avez lu le physique, je suppose ? Le changement d'apparence que vous avez lu est en réalité signe de double-personnalité. Et attention, pas de schizophrénie : les gens ont tendance à faire cet amalgame. Un schizophrène n'a pas conscience de son autre côté ; quelqu'un qui souffre de dédoublement, si.

Son autre côté, qu'il connaît donc sous le nom d'Ikias (très original, il s'agit de « Saiki » à l'envers), est tout d'abord le plus dominant. En effet, ce n'est pas « l'original », et pourtant, son esprit est bien plus combatif que celui de Saiki, ce qui résulte par sa prépondérance générale. De nature violente, et très provocatrice, c'est lui qui prend part aux nombreux combats qu'il déclenche. Combats qu'il adore, et divinise presque. A ses yeux, le combat et la force sont les deux essentielles choses qui différencie une personne d'une autre. Aussi, il ne reconnaît même pas les personnes ne sachant pas se battre, ou prônant le pacifisme.  Et pourtant... Oh, mais c'est-à-dire plus tard.

Voilà qui sera tout... Ah au fait, il est le roi des Naturaly.

Histoire

J'entendais un cri. Je le sais. Un cri perçant, déchirant. A glacer le sang. Résonnant. Mais où ? D'où venait-il ? Je le savais proche d'où je me trouvais. Mais où me trouvais-je ? Tant de questions restées sans réponse. Mais il s'était passé quelque chose cette nuit. Je le sais. Je sais que dès ma naissance, je n'étais pas destiné à entrer dans les normes.

« Saiki, tu devrais aller jouer avec...
- Je n'en ai pas envie. Ils m'ennuient, sont puérils, et inintéressants. Ils le disent en plus, je ne suis pas comme eux. »

Voilà comme je rembarrais ma maîtresse de maison à mon orphelinat. A l'âge de neuf ans.  J'étais déjà enfermé dans ma marginalité. Je n'avais connu que peu d'amis, et encore, ils finissaient par rejoindre le mouvement de masse, celui qui était de constamment me dénigrer. Les enfants sont les plus innocentes créatures des dieux, mais surtout les plus cruelles, il ne faut pas s'y tromper : leur innocence leur permet tout. Seul, rejeté, n'ayant personne à qui parler, voilà comment fut mon enfance. A cet âge-là, je n'avais déjà plus tellement la joie de vivre. Ma foi en l'humanité, l'espoir, le bonheur, n'en parlons même pas. Je me demandais pourquoi même la vie, sans mauvaise blague. Et justement, d'ailleurs. Je ne vivais plus tellement. Il me semblait que mon esprit, découragé par ce monde, le honnissant, le détestant, s'affaiblissait d'année en année. Ce fut à cette époque aussi, si jeune, que mes cheveux blanchirent : je ne faisais que réfléchir, j'étais angoissé par mon entourage, je me sentais comme oppressé, j'en avais même presque peur. Si l'on m'avait diagnostiqué agoraphobe, je n'en aurais même pas été étonné. Je n'ai pas dû en passer loin.

Et cet état d'esprit dura, persista toute mon enfance. Pour ainsi dire, j'étais presque « mort » à l'âge de mes dix ans. Puis... Il est arrivé. Cette chose, que j'appelle aujourd'hui Ikias. Une nuit, je réfléchissais. Je pensais à une chose, j'en pesais le pour, puis le contre, j'adoptais un point de vue, puis un autre. Bref, j'argumentais. Et petit à petit... « Ça » se détachait. Je commençais à ne plus tellement avoir à réfléchir pour m'opposer. Enfin, c'était un peu étrange. Consciemment, je me créais un interlocuteur, mais inconsciemment, je donnais réellement vie à cet interlocuteur. Bien sûr, j'avais compris que ce n'était pas normal. Que je dérivais plus encore. Que je devenais fou. Mais qu'avais-je à perdre, désormais ? Ce n'était pas un malheur, une anormalité de plus qui allait tout changer. Et je discutai avec lui. Nous parlions, parlions, parlions. Sur des heures, des jours, des mois. Et lui forgeait dans le même temps sa personnalité, devenant de plus en plus méchant, de plus en plus affirmé, déterminé. Il semblait refléter mon inconscience, ce que je me suis efforcé de renier durant toutes ces années : je n'aimais pas les gens. Au-delà du fait qu'ils m'effrayaient, je ne les aimais pas, je les détestais, pour avoir fait de moi un être si différent, si unique. Était-ce justifié ? Aujourd'hui encore, je ne saurais le dire. Mais une chose était sûre : il était le reflet de ma misanthropie. Une puissante misanthropie, bien plus qu'on ne peut l'imaginer dans ses pires cauchemars, une misanthropie sans limite. Et elle grandissait. Grandissait. Commençait à m'étouffer. M'écraser. Prenait le contrôle. Prenait ma vie. Et à onze ans, prit un couteau dans la nuit.

De sombres yeux brillent dans le noir,
Harassés, sans aucun espoir,
La face livide, le corps tremblant,
Il s'avance, enfin existant.

Le sang à la tête lui monte,
Il tangue, manque de trébucher,
Il s'accroche, renie sa honte,
Et sans se soucier, poursuit son avancée.

Puis, il arrive à destination,
Il était temps d'assumer cette passion,
Trop longtemps, il avait attendu cette heure,
Pourtant, c'est en hésitant qu'il actionne l'interrupteur.

Rouge, ô vermeil rouge !
Toi que j'ai tant rêvé voir couler !
Ce soir, tu m'as vu avec si belle fougue,
Te libérer, et commencer cette fugue.

Il n'y avait pas d'issue à cette folie. J'étais fou. Fou à lier. Ou plutôt, lui, me rendait fou. Je n'arrivais pas à croire que mon corps, car ce n'était pas mon esprit, ait pu faire une chose pareille. Pourtant, il y avait une chose que je n'ai pas regretté durant cette vie : y avoir mis moi-même un terme. Ce couteau, possédant désormais une histoire des plus tachantes et à glacer le sang aura au moins servi à une bonne action : terminer une insipide vie sans importance. Enfin. La libération.

Du moins, c'est ce que je croyais...

« Euh, deux esprits ? Merde, ils sont chiants quand ils veulent... Bon, j'ai qu'à t'envoyer à lui... Il saura quoi faire... Et puis tiens, je vais lui faire une fleur, je peux pas l'envoyer comme ça...»

J'étais mort. Je savais que j'étais mort. J'étais passé de l'autre côté. J'avais quitté la salle, le bâtiment que j'avais rendu des plus lugubres. Alors pourquoi gardais-je une conscience ? Pourquoi pouvais-je encore ouvrir les yeux, sur cet espace noir qui semblait infini ? Pourquoi... Je me sentais plus grand ? Plus fort ? Mais surtout... Pourquoi je ressentais « sa » présence plus que jamais ?

Ce fut tout ce dont je me souvenais de cette étrange instant de léthargie dans lequel j'ai baigné.

« Haha... Ce hasard, sérieusement, merci aux dieux... Je vais pouvoir m'occuper de lui. »

Je n'arrivais pas à croire. J'étais mort. J'étais mort ! J'avais onze ans, j'avais assassiné tout un orphelinat puis je m'étais suicidé, j'étais mort ! Pourquoi pouvais-je encore entendre ? Il y a une vie après la mort, c'est ce que mon ouïe tente de me dire ? Non, pas seulement mon ouïe... Mon toucher qui m'indiquait que je me trouvais sur un tapis doux, mon odorat qui fonctionnait encore tout simplement, et mes yeux venant de s'ouvrir sur une grande salle du trône... J'étais encore en vie. Je pensais à une gigantesque blague. Cette vie que j'ai désespérément fuie, m'aurait suivie ?

« Saiki... Ou plutôt, Ikias. Réveille-toi. »

Je sentis alors d'un coup mes forces m'abandonner. Ma vue se brouillait, et je passais dans un noir total. Je savais que je n'étais que conscient. Conscient de ce qui se passait à l'extérieur. Dans mon esprit, je le vis. Un grand homme aux cheveux verts et longs, les yeux de la même couleur. Portant une casquette, une sorte de sweat blanc. Il parlait à Ikias. Puis en un instant, l'immobilisa. Par un pouvoir : le magnétisme. Il lui expliqua alors très calmement qu'il maîtrisait l'électricité, et où nous nous trouvions : dans mon palais. Celui des Naturaly. Il lui expliqua les rouages de ce monde, et que j'étais l'héritier direct des précédents rois : mes parents, qui semblait-il, avaient péri une seconde fois. C'est-à-croire qu'ils m'évitaient. Quant à lui... Il a dit qu'il se contentera de « nous » aider, Ikias et moi à gouverner, et que pour l'heure, il n'était pas nécessaire que je sache qui il était. Il finit par nous donner son prénom : Tsurugi. Et en silence, ayant regagné mon corps, j'acquiesçai.

Aujourd'hui, je suis un roi aimé... Je pense. Bien que je ne voie pas souvent mon peuple... Il sait qu'il peut compter sur moi. Malgré Ikias, j'arrive à vivre, et même à utiliser mon électricité. Mais jamais à des fins violentes : c'est lui qui s'en occupe, de ça...

Pouvoir

C'est simple : l'électricité, au niveau de l'Accord équivaut à maîtriser assez partiellement l'élément. Saiki ou Ikias peut donc émettre de l'électricité à très haute tension... Mais c'est tout ce qu'il sait faire pour le moment. Au niveau 1, disons. Il peut la diriger, et maîtriser la « quantité » qu'il désire envoyer, et ce en ligne droite, ou sur une zone plus vaste, ou encore émettre une aura électrique tout autour de sa peau, bien qu'il maîtrise bien moins cette dernière capacité.

& toi

Prénom / Pseudo : On ne m'appelle pas... On me prie. #PAN Vas-y mais on peut même plus déconner ~~ !  ;
Age : 2015 ans 3 mois et 27 jours ~~ ;
Sexe : PETIT BATEAU ~~  ;
Comment avez-vous connu le forum ? Ose me reposer la question ~~ Je vais te mettre la bagarre dans la tête ~~ ;
Avatar : D4RK Konoha by Kagerou Project ~~ ESSUIE CE FILET DE BAVE AU COIN DE TA BOUCHE ~~  ;
Rang Perso' : Laisse ~~ Je gère ~~ ;
Des suggestions a faire ? Faudrait ban' Kira du forum ~~ Il sert trop à rien je trouve ~~  ;
Connexion : Que les weeks-end ~~ Parce que j'ai trop pas votre time moi ~~ ! ;
Mot de la fin : La violence ~~ CA FAIT DEUX MOTS T'AS UN SOUCI ~~ ? ALORS COME AT ME BRO ~~ ;
 


Dernière édition par Saiki Musashi le Ven 27 Mar - 15:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Venez jouer avec moi ~   Mer 4 Mar - 11:05

avatar
Date d'inscription : 12/03/2014
Messages : 12
Masculin Localisation : Takamagahara
Occupations : Torturer les rebelles
Citation : Hum...&quot;

Dossier Post-Mortem - DPM
Divinisme: 30
Espérance de Vie:
665/665  (665/665)
Réserve d\'Ether:
645/645  (645/645)
Kakei Homura
Chapeau Melon et Pomme d'Happy

Hoy staffiens numéro 3 (le 4 c'est moi bien entendu eh eh)

Ça avance ta fiche ? Me dis pas que tu trouve pas d'inspi ouin ouin sinon j'debarque chez toi et j'te fais travailler mec ! Fais le strict minimum,bouge toi le cul t'est un membre du staff t'est censé donner l'exemple !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Venez jouer avec moi ~   Ven 27 Mar - 15:45

avatar
Date d'inscription : 14/03/2014
Messages : 3
Masculin Age : 18
Localisation : Là où tu ne me trouveras pas...
Occupations : Reviens plus tard...
Citation : La dépression est une quintessence de la solitude dans ce qu'elle peut avoir de plus cruel.

Dossier Post-Mortem - DPM
Divinisme: 4
Espérance de Vie:
250/250  (250/250)
Réserve d\'Ether:
250/250  (250/250)
Saiki Musashi
SLK Depressor

Elle est finie, pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Venez jouer avec moi ~   Ven 27 Mar - 18:23

avatar
Date d'inscription : 12/03/2014
Messages : 12
Masculin Localisation : Takamagahara
Occupations : Torturer les rebelles
Citation : Hum...&quot;

Dossier Post-Mortem - DPM
Divinisme: 30
Espérance de Vie:
665/665  (665/665)
Réserve d\'Ether:
645/645  (645/645)
Kakei Homura
Chapeau Melon et Pomme d'Happy

Gunpei s'en charge de ce pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Venez jouer avec moi ~   Ven 27 Mar - 22:05

avatar
Date d'inscription : 12/03/2014
Messages : 4
Masculin Localisation : Dans une flaque de Sang, la tienne...
Occupations : Te faire Saigner...
Citation : Tu feras gaffe tu Saignes...

Dossier Post-Mortem - DPM
Divinisme: 30
Espérance de Vie:
655/655  (655/655)
Réserve d\'Ether:
655/655  (655/655)
Gunpei Takiya
Trancheur de Bras et de Saucisson

Bon bon bon, outrepassant la flemme que j'avais, j'ai rapidement lu un peu tout ce que tu as écrit. C'est bien, c'est précis, pas de détails inutiles ou trop chiants. Tu assumes pleinement le coté double personnalité sans rendre cela trop extravagant ou cliché, le jouant juste normalement, ce qui est assez plaisant pour une fois.

Je te valide donc avec un Divinisme 4. Prochaine étape => Fiche Technique et pense à recenser les deux versions de Konoha pour chacune de tes personnalités.

N'oublie pas de préciser comment tu répartis tes 60 points de Vie/Ether ainsi que tes 90 points de Statistiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Venez jouer avec moi ~   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Venez jouer avec moi ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jouer avec ma femme
» [JEU] La grande course des patapons (allez venez jouer !)
» L'atelier du JDR : Jouer avec l'histoire
» Comment jouer avec des ISO.
» Serveurs : Possibilité de jouer avec des américains ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Works 4 Gods :: Kojiki - Rouleau de la Conaissance :: Nakatsumaki - Livre des Vivants :: Fiches de Présentations :: Fiches Validées :: Fiches des Naturaly-